Vous recherchez un article ?

24 heures hebdomadaires, une coquille qui se vide !

Auteur :

La loi du 14 juin 2013 a instauré un minimum de 24 heures hebdomadaires pour les salariés à temps partiel dans le but de lutter contre la précarité et le temps partiel subi.

Cependant, les lois et les ordonnances successives instaurent de nombreuses exceptions, tendant à vider de sa substance le principe des 24 heures hebdomadaires. La dernière en date, l’ordonnance du 29 janvier 2015, vient assouplir la règle posée par la loi du 14 juin 2013 :

  1. L’impossibilité de mettre fin à la dérogation pour le salarié ayant demandé à travailler moins de 24 heures hebdomadaires. Ce dernier ne pourra qu’obtenir une priorité pour l’attribution d’un emploi respectant la durée légale des 24 heures hebdomadaires. L’accès à cette durée de travail minimale n’est donc pas un « droit automatique ».
  2. L’inapplicabilité du principe en fonction de la date de signature du contrat de travail.
  3. Aucune obligation d’accès à cette durée minimale ne s’impose pour les contrats de travail signés avant le 1er juillet 2014. Là encore, seule une priorité d’attribution d’un emploi répondant à ces conditions de durée peut être octroyée au salarié.
  4. L’inapplicabilité du principe aux contrats de travail d’une durée au plus égale à sept jours.
  5. L’inapplicabilité de la durée minimale aux CDD ou aux contrats de travail temporaires ayant pour objet le remplacement d’un salarié absent.

En bref :

Durée minimale de 24h inapplicable : Priorité à bénéficier d’un emploi assortit de la durée minimale de 24h :
– Aux contrats de travail d’une durée inférieure ou égale à 7 jours.- Aux CDD ou contrats de travail temporaire ayant pour objet le remplacement d’un salarié absent. – Pour le salarié qui demande une dérogation à la durée minimale puis change d’avis.- Pour le salarié dont le contrat de travail est signé avant le 1er juillet 2014.

Les bons réflexes:

  •  Pour chaque embauche d’un salarié à temps partiel, interrogez-vous sur le nombre d’heures minimum à lui proposer.

  • Veillez à formaliser la demande faite au salarié concernant la durée du travail inférieure à la durée minimale.

  • Anticipez le passage aux 24 heures hebdomadaires minimales pour les salariés qui en feront la demande à partir du 1er janvier 2016.

  • Suivez l’actualité juridique, de nouvelles exceptions pourraient voir le jour.

Tags associés : , , ,

A propos de l'auteur

Animé et dirigé par Me Franck CARDON, TRINITY Avocats est formé d’une équipe de spécialistes dédiée à l’entreprise et à ses dirigeants. De la création à la transmission de l’entreprise, nous accompagnons le dirigeant pour la rédaction de ses actes et contrats, la sécurisation de ses relations commerciales ou sociales, la résolution de ses problématiques juridiques quotidiennes et la défense de ses intérêts en cas de contentieux.

Exprimez-vous, réagissez à cet article.

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Commentaires fermés.

Trinity Avocats

Besoin d'un conseil juridique ?

Vous pouvez nous contacter pour la résolution de vos problématiques et l’accompagnement de votre projet et entreprise en Droit des Affaires, Droit du travail pro-employeur et Droit fiscal et patrimonial.

Contactez nous par téléphone au 03 20 44 14 14
ou via notre formulaire de contact.

Découvrez d’autres articles sur le même sujet

Les prémisses d’un assouplissement de l’appréciation du caractère commercial d’un abandon de créance ?

Lire cet article

Le licenciement pour comportement déplacé du salarié est-il valable ?

Lire cet article

En savoir plus

TRINITY Avocats [tri-ni-ti avoka], nm. : cabinet d’experts rassemblés autour de trois valeurs communes Diligence, Compétence et Proximité afin de défendre les intérêts de nos clients professionnels, institutionnels et dirigeants avertis.

Nous contacter